Accueil > Le concert du 11 juillet à Paris


  • Article

  • Romain

Le concert du 11 juillet à Paris

newsRiverTourbanner

Le concert

Ce fût une folle nuit à Paris. Bruce est arrivé seul sur scène et a salué la foule. « Bonjour Paris ! Comment allez-vous ?  » a t-il dit, avant de prendre place au piano pour « Incident on 57th Street ». Applaudissements dans l’AccorHotels Arena et le E Street Band arrive sur scène.

XC2A7981-700x467

Pour sa première chanson avec le groupe, il a utilisé l’effet microphone saturé des tournées Devils & Dust et Magic pour une première de « Reason to Believe » sur la tournée 2016. Bruce sera plus tard seul sur scène avec une 12 cordes pour une autre première de son album de 1982 en solo « Nebraska » – réalisée une seule fois avec le E Street Band depuis 1985, à Belfast. Bruce a aussi chanté en duo avec Patti Scialfa sur « Tougher Than the Rest ».

Elliott Murphy et son fils Gaspard ont rejoint Bruce sur scène pour « Born to Run » avec Bruce tombant à genoux pour hurler à la foule, « Lemme see your hands »

XC2A8057-700x467

« Steve, regarde là-bas, les lumières de la Tour Eiffel », a déclaré Bruce, en commençant « Ramrod ». Il ne savait pas que, ces paroles se révéleraient néfastes, puisque pour la deuxième fois en un peu plus de quatre ans, le E Street Band a fait sauter les plombs parisiens, les lumières et le son se sont coupés à mi-chanson. La foule était en délire Bruce, a conduit tout le monde à l’avant scène pour danser et jouer. Le seul bruit qui pouvait être entendu a été les tambours et les faibles soupçons occasionnels de saxophone.

La foule a rempli le vide avec des chants et des acclamations sauvages pendant que Bruce et le groupe marchait dans la foule. Charlie et Nils ont pris les accordéons pour se joindre à la procession en essayant d’être entendu par la foule à proximité. Les alarmes en boucle ont appelé à l’évacuation, mais les fans ont refusé de quitter l’accorhotel arena. Au moment où le E Street Band avait fini son circuit lent dans la fosse, l’arène de Bercy grouillait de techniciens qui essayaient de comprendre ce qui se passait.

Bruce a écrit sur un carton – cinq minutes. Bruce, Patti, et Jake assis sur le devant de la scène ont commencé à signer des autographes alors que Garry jetait des bouteilles d’eau pour les fans dans la foule. La photographe Annie Leibovitz est montée sur scène et a commencé à prendre des photos.

Quand les lumières revinrent finalement, le groupe a effectué un rapide sound check de 30 secondes. Bruce a pris le micro après cette pause de 15 minutes environ. « Stevie », a t-il dit, « C’est le moment d’arrêter ? C’est le moment de péter les plombs ? » La foule est devenue folle et le E Street Band a interprété la fin de « Ramrod » comme si de rien n’était.

XC2A7777-700x467

Bruce hilare lance à la foule « Vous m’entendez ? » il demande au groupe de commencer « Shout ». « Êtes-vous sûr ? »

Bruce a pris un moment de réflexion avant le solo acoustique de « Thunder Road » : « Quelle nuit surprenante. Quelle belle nuit, » «L’électricité est en marche à nouveau. Rien n’arrête le puissant E Street Band. Merci d’être avec nous. »

La setlist

Incident on 57th Street (solo piano)
Reason to Believe
Badlands
Into the Fire
The Ties That Bind
Sherry Darling
Jackson Cage
Two Hearts
Independence Day
Hungry Heart
Out in the Street
Crush on You
You Can Look (But You Better Not Touch)
Death to My Hometown
Nebraska (solo acoustic) The River
Point Blank
Cadillac Ranch
I’m a Rocker
Darlington County
Tougher Than the Rest
Drive All Night
Because the Night
The Rising
Land of Hope and Dreams

* * *
Jungleland
Born to Run (with Elliott and Gaspard Murphy)
Ramrod
Dancing in the Dark
Tenth Avenue Freeze-out
Shout
Bobby Jean
Thunder Road (solo acoustic)